Depuis quelques années, des artistes cherchent à créer le "visage moyen" de la planète. D'autres cherchent "la morphologie moyenne" du monde. Et tout cela en combinant des milliers de photos. Dernièrement, la marque Bic a trouvé la "typographie moyenne" de la population terrestre. Elle a un nom : The Universal Typeface.

Une plateforme collaborative à l'origine de The Universal Typeface

Avec l'agence DDB Düsseldorf, la célèbre marque de stylo à bille a lancé une opération de crowdsourcing. L'objectif était de récupérer la calligraphie de son audience. La plateforme unifiait ensuite chaque lettre pour créer une police de caractères s'inspirant de nous tous. 

Il vous suffisait de vous connecter avec votre smartphone et de dessiner les lettres qui vous étaient demandées. C'est un peu le même principe qu'utilisait Google Photos avec son food-truck à gaufres : une photo de l'objet demandé contre une sucrerie. Ici c'est votre calligraphie contre... la postérité ?

Des typographies par pays, par âge, par sexe, etc.

Il était aussi possible de créer une recherche selon certains critères comme l'âge, la profession ou encore les droitiers et gauchers. Le projet devenait alors très intéressant et amusant car vous pouviez créer toutes sortes de typographies en combinant les données récoltées par The Universal Typeface (heureusement qu'il n'y avait pas de RGPD à l'époque).

Tri par profession de la typographie The Universal Typeface de Bic

Un projet semblable est développé à l'aide de photographies aérienne de Google Maps. Le projet collaboratif s'appelle Aerial Bold Project et le résultat est bluffant (et très beau en poster !).

Tri par pays de la typographie The Universal Typeface de Bic
typographie universelle bic-01

Pourquoi est-ce intéressant pour la marque Bic ?

Avec cette opération, Bic détourne son activité de fabricants de stylo pour la transposer dans l'ère digitale. Une expérience simple, ludique et amusante (on va peut-être enfin découvrir l'écriture des médecins !). Un moyen de renouer les liens entre numérique et manuel, tout en faisant participer sa communauté.

Aujourd'hui nous aurions pu aller plus loin avec un événement collaboratif, des influenceurs et autre, mais à l'époque c'était déjà pas mal. Si les agrégations de données vous intéressent, jetez donc un oeil à l'opération AiMen de Canal+. Un robot prêtre sur Twitter qui répond contextuellement aux pêcheurs du web. J'adore.